Congrès – OCTOBRE 2018

Auteurs : Lefeuvre J, Dr Nguyen Y, Boulet M, Dr Fain G, Dr Timsit C, Chedeau J, Pr Papon J-F, Dr Nevoux J

But de la présentation :

L’acouphène peut être un symptôme invalidant pour lequel la prise en charge n’est pas codifiée. Parmi les patients ayant un acouphène invalidant, ceux ayant une audition normale ou une surdité légère se voient rarement proposé un appareillage auditif. L’objectif principal de notre étude était de déterminer, sur les patients acouphéniques avec sifflement, audition normale ou perte légère, la fréquence de l’acouphène grâce à une acouphénométrie au 1/48 eme d’octave et de rechercher sur cette fréquence, des micros pertes auditives (micro-pente ou micro-scotome : largeur inferieur à ½ octave et plus de 5 dB de perte) grâce à une audiométrie au Hertz près. L’objectif secondaire était d’évaluer l’efficacité prothétique avec correction et thérapie sonore.

Matériel et Méthodes :

Tous les patients avaient consulté un ORL et présentaient des acouphènes permanents uni ou bilatéraux de type sifflement et avaient une audition normale ou une perte légère.
Les caractéristiques des patients ainsi que les données suivantes étaient relevées: origine de l’acouphène, les traitements médicamenteux ou thérapie entrepris par le patient, questionnaire THI et EVA de la gène de l’acouphène, une audiométrie haute fréquence (Hertz près) et une acouphénométrie au 1/48 eme d’octave. La procédure consistait, via une aide auditive, à amplifier les sons faibles associés à un bruit rose ajusté au seuil d’audition du patient.

Résultats :

Nous avons rétrospectivement examiné une cohorte de 66 patients avec 24 femmes et 42 hommes âgés de 15 à 80 ans, avec une moyenne d’âge de 52,31 ans entre 2016 et 2017.
La moyenne de perte auditive était de 19,70dB HL, dont 55.7 % d’audition normale et 44.3%de perte légère. La moyenne de la hauteur de l’acouphène était de 6053Hz, de l’intensité de 4.9dB SL, de l’inhibition résiduelle de 30.4sec. Dans 81,8 % des cas, l’acouphène se trouvait sur une micro-perte auditive. Dans le cas d’une audition normale, 67 % ont préféré une correction + bruit coloré, 23 % une correction, 8 % un bruit coloré. Dans le cas d’une perte légère, 51 % ont une correction + bruit coloré, 49 % bruit coloré. A un mois: 92,4 % ressentaient une diminution de la gène de l’acouphène; amélioration du score THI de 21,87 % (p=0.05) et de l’EVA de 27 % (p=0.05).

Conclusions :

Notre étude a mis en évidence que chez les patients acouphéniques, il est utile de chercher la présence de micro pertes auditives. La prise en charge par un appareillage même en cas d’audition normale ou de surdité légère diminue l’intensité des symptômes.

Auteurs : Boulet M, Lefeuvre J, Bouzat M, Pr PAPON J-F, Dr Nevoux J

Introduction :

Les résultats auditifs de la conduction osseuse sont bien connus, qu’il s’agisse des implants percutanés ou plus récemment transcutanés. Mais ces résultats concernent des patients implantés de façon unilatérale. L’objectif principal de notre étude était de mesurer pour les patients atteints de surdité mixte bilatérale déjà implantés avec une Baha, l’apport sur l’oreille controlatérale d’une Baha sur SoundArc et de comparer ces résultats avec des patients déjà implantés en Baha bilatéralement.

Matériel et méthodes :

Les patients inclus dans notre étude présentaient une surdité mixte bilatérale, déjà implantés d’un côté avec une Baha sur pilier. Nous leurs avons adapté sur un SoundArc, une Baha sur l’oreille controlatérale en contrôlant l’équilibre stéréophonique. Les caractéristiques des patients ainsi que les données suivantes étaient relevées: seuils moyens en conduction aérienne et osseuse, le gain prothétique tonale par fréquence et vocale (mesure du SRT), l’intelligibilité dans le bruit (liste de Dodelé avec un bruit de cocktail party) et la localisation spatiale (5 haut-parleurs disposés avec un écart de 60 degrés). Les patients ont porté la Baha montée sur SoundArc en plus de leur Baha implantée, pendant 1 mois et ont répondu à un questionnaire APHAB pré et post-port. Nous avons comparé ces résultats à ceux de patients déjà implantés bilatéralement en Baha pour une surdité mixte bilatérale.

Résultats :

Nous avons rétrospectivement examiné une cohorte de 6 patients âgés en moyenne de 41 ans au moment des tests. Les données audiométriques étaient les suivantes: la perte auditive moyenne était de 47,3 dB HL, la moyenne du Rinne était de 31,6 dBHL.

Le SRT moyen dans le calme avec la Baha sur pilier était de 27,3 dB et avec la Baha sur SoundArc était de 23,7 dB. L’amélioration du score des tests vocaux dans le bruit avec la Baha sur pilier associé à la Baha sur SoundArc était de 12,2 % (p<0,05). L’amélioration moyenne de la localisation spatiale était de 3% de degré d’erreurs. Le résultat du questionnaire APHAB. La comparaison de ces résultats avec 3 patients témoins déjà implantés bilatéralement avec des Baha retrouvait un gain proche.

Conclusion :

Les résultats de notre étude montreraient un intérêt significatif à l’écoute bimodale avec Baha sur surdité bilatérale mixte. Les résultats audio-prothétique avec la Baha sur pilier associée à une Baha sur SoundArc seraient très proches des résultats obtenus avec une implantation bilatérale.

Auteurs : Lefeuvre J, Dr Ernst E, Dr Mamelle E, Vormes E, Dr Poncet-Wallet C, Pr Frachet B

But de la présentation :

Evaluer l’efficacité de l’IOM, en alternative aux prothèses conventionnelles pour les pertes auditives mixtes et/ou neurosensorielles.

Matériel et Méthodes :

Cette étude rétrospective a été réalisée chez des patients en échec d’appareillage conventionnel, recevant un implant d’oreille moyenne : le MET semi-implantable ou le Carina entièrement implantable. Les implantations ont été réalisées sur un seul site entre avril 2001 et mai 2012.
Les caractéristiques des patients ont été recueillies ainsi que les données suivantes : moyenne des seuils d’audition, gain prothétique tonal et vocal (mesure du SRT), scores orthophoniques d’intelligibilité de la parole (triphonémiques de Lafon), localisation spatiale et évaluation du confort et de l’efficacité de l’IOM par rapport aux prothèses conventionnelles à l’aide d’une échelle visuelle analogique EVA (0 à10) et d’un questionnaire APHAB et ERSA.

Résultats :

19 patients (7 femmes et 12 hommes), de moyenne d’âge à l’implantation de 57±12,2 ans ;12 patients ont reçu un MET et 7 un Carina. La population de notre étude présentait une perte auditive moyenne à sévère, essentiellement dans les hautes fréquences. Les échecs d’appareillage conventionnel étaient principalement liés à des facteurs de complication (eczéma..) ou à une incompatibilité avec le style de vie. Le gain fonctionnel était similaire pour le MET et le Carina, avec une moyenne de 20 à 30 dB de 125 Hz à 4 kHz. Les seuils de compréhension à 50% passaient de 65 dBHL en moyenne en préopératoire à 30 dBHL pour le MET et 45 dBHL pour le Carina en post-opératoire, soit une amélioration du SRT respective de 35 et 20 dB. Les scores orthophoniques montraient également une amélioration significative. Les scores de confort et d’efficacité de l’EVA avec les IOM étaient améliorés dans les deux cas, de 2.2 points en moyenne par rapport à l’évaluation avec appareils conventionnels.
Enfin, 83% des patients de notre étude recommanderaient l’IOM et recommenceraient l’implantation.

Conclusion :

Notre étude met en évidence une amélioration significative de l’intelligibilité avec les implants MET et Carina. Les patients de notre étude sont satisfaits du confort et de l’efficacité de leur implant, et seraient prêts à refaire l’intervention. Pour les patients présentant une perte auditive neurosensorielle ou mixte modérée à sévère, les IOM constituent donc une alternative aux prothèses conventionnelles.

2019-02-22T16:29:25+00:00